Татьяна МАСС (tanya_mass) wrote,
Татьяна МАСС
tanya_mass

Французы предлагают собирать подписи против аналога "Миротворца" : terror.in.ua/wanted/

5.png

Пост о том, что после закрытия сайта  "МИРОТВОРЕЦ"  на Украине обнаружился еще  один сайт, в котором выкладываются личные данные противников киевской хунты и аккредитованных в ДНР журналистов, был переведен на французский и активно пошел по французским соцсетям: - ссылка на русский пост:  http://fluffyduck2.livejournal.com/694280.html

Французы предлагают собирать подписи за его закрытие, поражаясь беспределу  украинских тупых методов  "борьбы с инакомыслием"


« MIROTVORETZ » est bloqué, mais les personnes des listes noires peuvent se retrouver à terror.in.ua :

"Le site « Mirotvoretz » (« Pacificateur ») a été récemment bloqué, sur l'ordre de la junte de Kiev. C'est sur ce site que les terroristes ukrainiens publiaient les listes noires des personnes indésirables, avec leurs données personnelles, adresses, numéros de téléphone.
On peut se rappeler que les meurtres d'écrivain et journaliste Oles Bouzina et d'ancien député de la Rada Oleg Kalachnikov ont eu lieu rapidement après leurs apparitions dans ces listes.
Un long gémissement de déception des « maïdowns » s'est rependu sur les réseaux sociaux, après le blocage du "Mirotvoretz". …

Ceci a eu lieu après le scandale des « DNR-leaks », où la communauté internationale a pu découvrir que ces listes noires de la junte comportaient les données des plus de quatre mille journalistes accrédités à LDNR, dont des personnes de l'AFP, Al Jazeera, BBC, Reuters, France 24, Sky-news, CNN, Associated Press, The Guardian... Cependant, certains journalistes occidentaux étaient inscrits dans cette liste depuis longtemps, comme c'était le cas du journaliste finlandais Janus Putkonen, ainsi que du militant des droits humains Johan Beckman. Mais rien ne laissait présager une déception aussi brutale. L'heure grave n'est arrivée que quand les ukro-terroristes ont eu idée de menacer une des personnes de la liste – le correspondant de « Der Spiegel » , Christian Neef.

La réaction des maîtres de la junte a été immédiate : l'ambassadeur de l'UE en Ukraine, Yann Tombinski, a déclaré que la publication des données des journalistes sur le site « Mirotvoretz » violait les normes internationales et la législation ukrainienne, et le Département d 'Etat américain a qualifié l'apparition des données personnelles des journalistes d'une violation de la liberté de presse. Après une telle engueulade, la junte a été obligée de bloquer le site.

Mais tout le monde n'est pas au courant que « Mirotvoretz » a une doublure : http://terror.in.ua/wanted/ .

Il faut dire que dans la liste de terror.in, il n'y a plus de Christian Neef, mais on y trouve toujours ces « complices des terroristes » finlandais, Beckman et Putkonen. Et on y trouve bien sûr les journalistes russes : Dmitri Stechine, Alexandre Kots, Daria Aslamova, etc...

C'est donc avec impatience que nous attendons la réaction de l'Union Européenne et du Département d’État américain à cette violation de la liberté de presse délibérée et systématique en Ukraine."



Subscribe

  • Post a new comment

    Error

    Comments allowed for friends only

    Anonymous comments are disabled in this journal

    default userpic

    Your reply will be screened

    Your IP address will be recorded 

  • 3 comments